Livraison à domicile offerte avec le code : FRIDAY22

+ Afficher le menu

Rhum Martinique

rhum martinique

Les Rhums Martiniquais sont parmi les plus réputés au monde. Ils doivent leur succès à un terroir d'exception et à un savoir-faire historique dont la reconnaissance fut l'obtention de l'AOC Martinique.



Un environnement idéal pour la création de grands rhums

La Martinique offre des conditions idéales pour la culture de la canne à sucre ainsi que pour le vieillissement de ses rhums.

En effet, la production de canne à sucre est favorisée par les conditions climatiques de la Martinique qui permettent à la fois sa croissance végétative pendant la saison humide et sa maturation durant la saison sèche.

Par ailleurs, l'influence de la température et de l'humidité de l'île est déterminante lors du vieillissement des rhums en fût de chêne. Cet environnement tropical entraîne une forte évaporation alcoolique et une accélération des réactions d'oxydation et d'extraction des composés du bois. Ce qui offre au rhum agricole tout son moelleux et sa rondeur.

drapeau martinique
rhum martinique

Histoire

Le rhum martiniquais est étroitement lié à la culture créole, et ce, depuis l'origine des premières plantations de canne à sucre vers 1640.

L'élaboration du rhum en Martinique remonterait au 17ᵉ siècle, il est d'abord connu sous le nom de tafia, guildive ou encore tue diable. À la fin de ce siècle, il prendra le nom de rhum.

La production de rhum en Martinique va se développer à partir de la révolution industrielle et l'introduction de la machine à vapeur permettant de broyer facilement la canne à sucre.

De plus, en 1854, la production et les exportations vers la métropole, explosent avec la suppression totale des droits de douane par le gouvernement de Napoléon III. La Martinique devient le premier producteur mondial de rhum.

Ce type de rhum est alors étroitement lié à la production sucrière et il est de ce fait obtenu à partir de mélasse. Cependant, certains producteurs de canne à sucre, éloignés des grandes villes que sont Fort-de-France et Saint Pierre, échappent à leur influence et à l'obligation de produire du sucre. Ils produisent alors leur propre jus de canne (appelé vesou en créole) et le distillent eux-mêmes. C'est la naissance du rhum z'habitant que l'on appellera par la suite rhum agricole.

La fabrication du rhum agricole progresse un peu plus encore à partir du début du XXᵉ siècle à la suite d'une tragédie. L'éruption de la Montagne Pelée en 1902 qui détruisit Saint Pierre, la 2ᵉ ville de l'île, et où 30 000 martiniquais périrent. On fit alors appel aux petits planteurs pour continuer la production de rhum.

La qualité des rhums martiniquais n'a eu de cesse de progresser et c'est suite à cette longue tradition que le rhum de Martinique a naturellement été le premier à obtenir son appellation d'origine contrôlée en 1996, le 5 novembre exactement.

Une AOC au service de l'excellence

L'obtention de l'AOC fait suite à une démarche des producteurs martiniquais qui souhaitent déposer un label encadrant leur savoir-faire unique. Ils ont dû s'armer de patience, car il a fallu 20 ans pour obtenir le précieux sésame. L'AOC permet de classer le rhum agricole martiniquais parmi les alcools nobles liés à une origine géographique.

Le rhum de la Martinique est à ce jour le seul avec celui du Guatemala à posséder une AOC. À titre de comparaison, les rhums guadeloupéens ou de la Réunion ne possèdent que le statut d'Indication géographique protégée (IGP).

Par ailleurs, les rhums de Martinique sont, avec le Guatemala, les rares à être produits à partir de pur jus de canne à sucre. La majorité des rhums produits dans le monde étant élaborés à base de mélasse.

Le cahier des charges encadrant l'appellation fixe certaines règles dont les principales sont listées ci-dessous :

La canne à sucre, matière première pour l'élaboration du rhum : seule 2 variétés de cannes à sucre sont autorisées (plus les variétés hybrides qui en découlent), celles-ci ne doivent être irriguées que 6 mois dans l'année. Ces cannes à sucre doivent bien entendu provenir du territoire martiniquais et plus précisément sur le territoire de 34 communes de l'île. Par ailleurs, les rendements de chaque culture sont encadrées et limitées.

L'élaboration : la distillation doit s'effectuer en continu dans des alambics en forme de colonne. Il existe deux dénominations dans l'AOC, le rhum de Martinique complétée de la mention "blanc" et le rhum complété de la mention "vieux". Le rhum "blanc" suit une maturation en cuve de 6 semaines minimum. Le rhum "vieux" quant à lui doit suivre un affinage d'au moins 3 ans.

Voici les différentes mentions d'âge pour les rhums "vieux" :

  • La mention « VO » pour des rhums agricoles vieillis au moins 3 ans.
  • Les mentions « VSOP », « Réserve Spéciale », « Cuvée Spéciale », « Très Vieux », pour des rhums agricoles vieillis au moins 4 ans.
  • Les mentions « Extra Vieux », « Grande Réserve », « Hors d’Age », « XO » et "millésimé" pour des rhums agricoles vieillis au moins 6 ans.

Au moment de leur mise en bouteille, les rhums doivent posséder un degré alcoolique de 40% minimum.


Le style des rhums martiniquais

Le rhum martiniquais a un style plutôt sec comparé à d'autres types de rhums, car aucun ajout de sucre n'est autorisé lors de son élaboration. La fraîcheur du jus de canne se ressent davantage que le sucre lors de la dégustation.

Les rhums blanc peuvent être très aromatiques, sur des arômes fruités (agrumes, fruits exotiques), des notes florales et parfois une influence épicée.

Les rhums vieux martiniquais offrent très souvent une très belle robe ambré à couleur dorée.

Leurs nez offrent habituellement des notes boisées et une longue palette aromatique allant du chêne toasté à la vanille et au chocolat, des épices aux fruits de sous-bois, en passant par les fruits confits ou secs.

En bouche, ce sont des rhums généralement ronds et secs avec une dominante tantôt boisée, vanillée ou poivrée. Surtout, ce sont des rhums au style unique, à la fois complexes et dotés d'une grande finesse.

Quelles sont les rhumeries martiniquaises 

Les distilleries : elles sont aujourd'hui au nombre 9 (encore) en activité et distillent pour toutes les maisons de rhum, il s'agit de, Le Simon, Depaz, Saint James, JM, La Favorite, La Mauny, Neisson et Le Galion et la toute dernière arrivée A1710.

Les maisons de rhums : elles sont appelées Habitation en Martinique et sont au nombre de 20. Découvrez-les :

Depaz est une habitation qui fut fondée en 1651 par Jacques Duparquet. Elle est située sur les flancs majestueux de la Montagne Pelée et a été complétement détruite en 1902 suite à l'éruption du volcan. Il faut attendre 1917 pour que Victor Depaz remette la distillerie sur les rails et qu'il donne son nom à la maison. La distillerie utilise les cannes de sa propre plantation et produit une gamme remarquable de "vieux " rhums et de rhums "blancs" à essayer absolument !

Le rhum Trois Rivières est un incontournable de la Martinique. Sa plantation est l'une des plus anciennes de l'île. Sa marque est surtout à l'origine des rhums agricoles les plus prestigieux de l'île.

Saint James est une maison créée en 1882 par Paulin Lambert sur le site de l'habitation Trou Vaillant. Située à Saint Pierre, aux pieds de la Montagne Pelée, Saint James est aujourd'hui le plus grand producteur de rhum de l'île. Réputée pour son savoir-faire, la marque propose toute une gamme de rhums blancs à très vieux. Elle a été rachetée par le groupe La Martiniquaise en 2003.

Rhum Clément est, depuis 1887, élaboré dans la plus pure tradition et selon les règles héritées d'Homère et de Charles Clément. Ses créations font parties des rhums incontournables en Martinique.

La Favorite est, avec Neisson, l'une des deux maisons familiales indépendantes de l'île. Sa distillerie est située à Lamentin et fut fondée en 1842. C'est en 1909 avec le rachat de l'exploitation par Henry Dormoy que la maison se développa significativement. Cette maison reste l'une des plus traditionnelles de l'île et a même conservé sa machine à vapeur datant du début du XXᵉ siècle. La Favorite produit des rhums savoureux et fins, certains rhums blancs sont des éditions parcellaires afin de révéler l'esprit d'une variété de canne à sucre en particulier.

A1710 est une jeune maison créée en 2006 par Yves Assier de Pompignan et qui possède sa propre distillerie inaugurée en 2016. Elle se situe au sein de l'habitation du Simon, sur la commune du François. Elle y propose toute une série d'alcools haut de gamme : des rhums blanc et rhums vieux à très vieux dont certains sont certifiés bio. À noter qu'une partie de ses rhums blancs ne sont pas classés en AOC, car ils utilisent un alambic en cuivre de style charentais pour la distillation.


Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,