Bénéficiez de 10% sur votre 1ère commande grâce au code BIENVENUE10

L'Uhudler, le vin autrichien à la réputation sulfureuse

BURGENLAND 4

C'est dans la plus orientale des régions autrichiennes, le Burgenland qui partage ses frontières avec la Hongrie et la Slovénie que pousse une variété de raisins dont l'existence a depuis toujours prêté à controverse.

Le vignoble se situe plus précisément dans la partie sud du Burgenland, autours de la commune d’Eltendorf. Les cépages incriminés se regroupent sous le terme collectif d’Uhudler. A première vue, ces raisins ne se distinguent pas des autres variétés récoltées à travers le monde. Pourtant, il a ceci de particulier qu'il est issu du croisement de vignes européennes et américaines qui poussent sur leur pied d'origine sans avoir jamais subi de greffe. 

Un peu d'histoire

Son existence est née à la suite de la catastrophe du phylloxéra, cet insecte venu d'Amérique qui ravagea une grande partie des vignobles européens dans la deuxième partie du 19ᵉ siècle.

Afin de résister à l’insecte ravageur, les vignerons du Burgenland importèrent des cépages d’Amérique qu’ils croisèrent donc à des cépages locaux. Cette pratique reste un cas très rare sur le vieux continent. En effet, la plupart des vignobles européens, tentèrent également des croisements sans succès, et trouvèrent une solution plus efficace : planter des portes-greffes d’origine américaines (ou hybrides) sur lesquels ils greffèrent des cépages locaux. La vigne américaine servant de base résistante au phylloxéra et la vigne européenne constituant la partie fruitière de la vigne.

Les vins de l'Uhudler sont donc différents dans le sens où ils sont issus de vignes non greffées, qu'on appelle franc de pied.

Le style des vins d'Uhudler

En apparence, l’Uhudler ressemble à un vin clair ou rosé selon la vinification et la composition des cépages qui sont à majorité rouge. Gustativement, ce type de vin possède une saveur particulière avec un goût fruité très prononcé (fraise) ainsi que des arômes de Fox tone (notes animales). Les vignes s’expriment idéalement car la région connaît généralement des étés très chauds.

Ces vins issus de cépages américains (Delaware, Concord, Elvira) sont souvent décriés  pour leur dangerosité, à tort et ils possèdent même de nombreux atouts. Premièrement, ils sont très résistants et ne nécessitent pas ou peu de pesticides. Ils rs'adaptent en outre bien mieux au réchauffement climatique que d’autres cépages, c’est donc un cépage d’avenir.

BURGENLAND

De l’hostilité de ces vins à l’interdiction pure de produire du vin

Malgré ses diverses interdictions, les vignerons d’Uhudler ont toujours produit ce vin, par esprit de transgression mais surtout pour l'amour de leur terroir et d’un cépage atypique, qu’ils qualifient de “véritable délice pour les sens”.

Par le passé, la vigne a d'abord été sous l'obligation d'arrachage, puis a été sous le coup d'une interdiction totale d'être transformé en vin avant d’être toléré uniquement comme boisson à usage privé. L’interdiction de commercialisation a été effective entre le milieu des années 80 et le début des années 90.

Il faut attendre 1992 pour que l’association des amis de l’Uhudler (créée en 1985) ait obtenu l’autorisation de pouvoir commercialiser ce vin au prix d’une lutte acharnée.

Il existe deux versions pour expliquer l’hostilité envers les vins issus d’Uhudler :

La première relève d’une croyance locale qui a depuis été maintes fois réfutée. Ce type de vin a longtemps été dénigré et considéré même mauvais pour la santé. Ses détracteurs allant jusqu'à dire qu'il rendrait malade et bête.

Comme les grains contiennent une très grande quantité de pectine, la teneur du vin en méthanol est légèrement supérieure à la norme européenne, ce qui aurait motivé son interdiction alors que l'argument a depuis été largement reconnu comme étant sans fondement car cette quantité de méthanol n’est pas nocive pour la santé.

Les vignerons d’Uhudler avancent une autre explication pour la défiance à l'égard de leurs vins. Les vignes d’origine américaine étant très résistantes aux différentes maladies de la vigne comme le mildiou ou l’oïdium, elles sont naturellement cultivées en agriculture biologique. Ce qui ne plaît pas aux fabricants d’adjuvants alimentaires, les vignerons pouvant se passer de leur service pour produire leurs vins.

Selon l’Eurodéputé autrichien Thomas Waitz, fervent défenseur des vins de l'Uhudler, les fabricants de pesticides et leur lobby puissant seraient très actifs au sein de l’Union Européenne pour discréditer à tout prix ce type de vin.

BURGENLAND 1

La résilience des vignerons d’Uhudler

Les vignerons de l’Uhudler sont très fiers de leur vin et ils ont montré leur caractère déterminé à de nombreuses reprises, prêts à enfreindre la loi pour continuer à produire les vins d'Uhudler.

L’aboutissement de leur combat fut la parution d'un décret autrichien en 1992 les autorisant à commercialiser leurs vins et la reconnaissance de l’appellation Pays de l’Uhudler. Ce décret reste malgré tout restrictif puisqu'il n'autorise les vignerons à vendre leurs vins d'Uhudler uniquement à l'échelle locale (25 communes au total).

La possibilité de commercialiser leurs vins fut le fruit d'un long combat. L'association des amis de l'Uhudler a utilisé le stratagème suivant : ils ont croisé des variétés autorisées sur un vignoble franc de pied pour obtenir un raisin génétiquement conforme mais qui reste un véritable Uhudler. Une étude indépendante menée par le célèbre centre fédéral allemand de recherche sur les plantes cultivées, a ensuite certifié que ce vin ne présentait aucun risque sanitaire.

Cela fait bien entendu le bonheur des vignerons mais plus largement, c’est tout le patrimoine de cette région viticole qui a été redécouvert. Les caves connaissent une seconde vie alors qu’elles tombaient en ruine suite à l’interdiction de la commercialisation de ses vins.

Un vigneron emblématique : Johann Trinkl, dit “Rübezahl”

Fervent défenseur de cette spécialité régionale, Rübezahl Il était considéré comme une légende vivante à son époque, doté d'un esprit original et rebelle. Il fut jusqu’à sa mort en 1990 le symbole de la lutte pour ce cépage défendu et la défense de cette spécialité régionale. Il avait été à l'époque condamné et ses fûts scellés par les autorités. Il n'a jamais cessé pour autant de vendre son vin sous le manteau et aussi au grand jour. Il a énormément participé au développement de la notoriété de l'Uhudler et il est naturellement considéré comme un héros pour les vignerons de cette région.

L’avenir des vins d’Uhudler

Qu’on se le dise, les producteurs d’Uhudler ne lâcheront rien dans leurs combats et protègeront mordicus leur vin. Et nous ne pouvons que les supporter, aucun vin de terroir ne devraient par principe être interdits.

L’arrêté autrichien de produire ces vins court pour le moment jusqu’en 2030 et n’autorise de le commercialiser que dans la région (25 communes au total). La polémique n’est donc pas prête de s’éteindre.

UHUDLER

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,