Livraison standard offerte à partir de 100€ d'achats

Les vins de Mai et Kenji Hodgson

les vins de mai et kenji hodgson

Les vins de Kenji Hodgson, perles du Layon


L'histoire du domaine Mai et Kenji Hodgson débute au Canada, et plus précisément dans la province de Colombie britannique (côté pacifique du Canada), d'où est originaire Kenji. C'est à Vancouver qu'il rencontre Mai, lui suit à l'époque un cursus d'ingénierie mécanique tandis qu'elle débute des études de cinéma. Il faut savoir que Kenji a des origines japonaises de son arrière grand mère maternelle.

En 2005, leur passion commune pour le vin à travers l'écriture oenologique va les éloigner du Canada pour les amener sur les rivages du Japon où ils se forment pendant 6 mois dans un petit vignoble, la Coco Farm à Tochigi, sur l'île-libellule de Honshu. Cette ferme accompagne les adultes handicapés et autistes à mieux s'insérer dans la société japonaise. Ils y côtoient le vigneron Bruce Gutlove, qui est en charge de la partie viticole du domaine. Celui-ci s'intéresse à l'époque à la vinification des vins naturels et à la réduction du soufre dans les vins. Il fait donc découvrir à Kenji et Mai cette approche au travers des vins du domaine et de vins natures français. Car il faut savoir que les japonais font parti des premiers à s'intéresser aux vins naturels et les vins français sont largement exportés, notamment ceux des vignerons angevins, Olivier Cousin ou de Marc Angeli.

De retour au Canada, ils décident de s'installer dans la partie sud de la Colombie Britannique, dans la région viticole de la vallée de l'Okanagan. Kenji y perfectionne ses gammes en cave dans différents domaines. Très vite, l'idée de créer leur propre domaine fait son chemin.

En 2009, Kenji et Maï voyagent en France, participent aux vendanges au Château de Stony à Frontignan, ils passent par la Sologne en travaillant avec le passionnant Claude Courtois sur le domaine Les Cailloux du Paradis dirigé aujourd'hui par son fils Etienne, puis ils s'installent sur le territoire angevin dans l'idée de continuer à se former, et approfondir leur connaissances sur la vinification du vin naturel. Leur projet initial étant ensuite de créer un domaine au Canada. Mais le prix des terres viticoles outre atlantique étant élevé, leur projet évolue...

Kenji et Mai se plaisent énormément en France et se créent un solide réseau d'amis. Ils font surtout des rencontres majeures pour la suite de leur aventure viticoles notamment en se formant au sein du domaine de Mark Angeli, la Ferme de la Sansonnière.

En 2010, ils achètent leur premier hectare de vignes, du cépage Grolleau, à Rablay-sur-Layon. Un cépage difficile à cultiver, pas l'idéal pour débuter mais qui leur permet au moins de se frotter aux difficultés de la terre, et à apprendre à l'apprivoiser. Ils acquièrent l'année suivante 3 hectares de plus, tout en continuant à se former auprès des figures vigneronnes locales, tels les Mosse ou encore Benoît Courault.

C'est à cette époque que Kenji et Maï se persuadent de travailler leurs vignes en bio, ayant été confronté à la viticulture conventionnelle et ses dérives. Leur choix de produire un vin nature et bio est donc le fruit d'une conviction mûrement réfléchie.

Maï et Kenji Hodgson font parti de ces vignerons contemporains qui ne s'établissent pas à vie sur un vignoble, ils changent au grès du vin qu'ils souhaitent produire. Aujourd'hui, ils ne cultivent que 4 hectares de vignes, environ 10 000 bouteilles qui s'arrachent dans le monde entier. Du micro-parcellaire, de très vieilles vignes de Chenin principalement, aux environs de Layon. L'essentiel des vignes se situent entre Rablay-sur-Layon et Faye d'Anjou.

Une tradition revisitée chez Kenji Hodgson

Maï et Kenji Hodgson ne cherchent pas nécessairement la modernité dans leurs vins, ils ne sont pas dans ce courant de vignerons qui mettent l'expérimentation au centre de leur travail, ici point de cuvée "glou glou" (vin dit sans soif) ou de vins pet'nat (vin naturellement pétillant). Ils suivent une culture raisonnée et écologique et une vinification "naturelle" mais cherchent surtout à produire des vins traditionnels, où le terroir et le style historique soient bien présents et affirmés.

Leur intérêt a toujours été d'exploiter des vieilles vignes pour élaborer des vins affirmés, de caractère avec une typicité bien ancrée, en révélant de manière optimale le fruit du chenin mais aussi la minéralité et la fraîcheur de la terre qui alimente la vigne . Car Kenji et Maï sont des amoureux de la terre, et veulent élaborer des vins dans le plus grand respect du terroir.

Le vignoble d'Anjou

L'Anjou est une terre de vins regroupant plusieurs appellations. Kenji et Maï Hodgson ont décidé de ne pas proposer leur cuvée en appellation Anjou ou Layon mais sous la dénomination Vin de France. Pour la simple raison qu'ils ne souhaitent pas être bridés par le cahier des charges de l'appellation Côteaux du Layon qui n'autorise que la production de vins moelleux. Ils gardent ainsi leur liberté.

Le vignoble d'Anjou, c'est 27 appellations, la 3ème région viticole de France en terme de taille, offrant une grande diversité de vins. Parmi les appellations les plus connues de la région, il faut citer Savennières, Côteaux du Layon, Quart de Chaume, Vouvray, Coteaux de l'Aubance, Anjou Village Brissac, Saumur Champigny etc

Les vignobles angevins s'étendent de Saumur à l'Ouest d'Angers, principalement au sud de la Loire.

Il faut distinguer quatre zones viticoles assez bien définies,

  • le vignoble de Saumur partant de la ville du même nom jusqu'aux communes de Montreuil-Bellay et de Doué-la-Fontaine. Puis
  • le vignoble autours de Layon, affluent de la Loire dont le cours est parallèle au fleuve. Les deux AOC du Côteaux du Layon et la minuscule appellation Bonnezeaux s'y côtoient. C'est ici que Kenji et Maï Hodgson sont installés.
  • puis, au sud de la ville d'Angers, se dévoile le vignoble des Côteaux de l'Aubance, qui se situe autours de l'affluent de la Loire du même nom.
  • enfin, présents sur les deux rives de la Loire, à l'ouest d'Angers, autours de Chalonnes-sur-Loire se trouvent les vignobles d'Anjou Côteaux de la Loire.


Les vins d'Anjou sont célèbres par tradition pour leurs vins blanc moelleux et leur vins rouge à base de Cabernet Franc en particulier du côté de Saumur. Mais depuis quelques années, les magnifiques terroirs d'Anjou, en particulier autour de Layon, font leur mue pour révéler l'extraordinaire potentiel des vins blancs secs issu du chenins. Les sols constitués de schistes et de gréseux permettent d'élaborer de fabuleux chenins secs.

L'AOC Savennières, première appellation à produire des vins blancs secs en Anjou sur la rive droite de la Loire.

Petite appellation de seulement 150 hectares, elle se situe à 15 km d'Angers, sur la rive nord de la Loire. Elle a été décrété AOC en 1952. Son émergence fait suite au déclin des vins liquoreux au lendemain de la seconde guerre mondiale. Le chenin connaît alors une crise majeure car il est historiquement cultivé dans la région pour élaborer des vins moelleux. En effet, de par sa situation et ses influences océaniques, le phénomène de pourriture noble est propice au côteaux de schiste du Layon et les vignerons récoltaient donc les raisins au stade de botrytis.

De plus, la contraction des coûts de production combinée à l'émergence de la mécanisation de la culture de la vigne ont pour conséquence de menacer l'identité et la qualité des vignobles autours de Layon.

Les vignerons de Savennières accompagnent donc cette transition de style, et fait découvrir aux amateurs de vin un nouveau style de chenin, secs et minéraux. Un peu plus tard, dans les années 80, une génération va leur emboiter le pas, du côté de Rablay-sur-Layon, à une quinzaine de kilomètres au sud, de l'autre côté de la Loire.

Cette nouvelle école de vignerons révèle le terroir angevin comme un formidable vignoble d'expérimentations. Mark Angeli, au côté notamment de Joël et Christine Ménard du Domaine des Sablonettes, de Philippe Delesvaux ou encore de Jo Pithon sont les précurseurs de ce nouveau courant de vignerons en Anjou qui abandonnent peu à peu la production de vins moelleux pour se consacrer à l'élaboration de grands vins blancs secs. Ceux-ci ont aidé la plus jeune génération de vignerons à s'installer, dont faisait notamment parti Richard Leroy ( personnage principal de la Bande dessinée Les Ignorants d'Etienne Davodeau ), ou plus récemment Maï et Kenji Hodgson.

Tous ces vignerons visent une quête perpétuelle de vérité dans leurs vins, en faisant ressortir l'essence même du terroir angevin. Ils ont une approche naturelle du travail de la vigne, en apportant le moins d'intrants possibles sur leur culture de la vigne et lors de l'étape de vinification. Le résultat dans le verre est souvent sans appel: des vins à la personnalité unique, d'une grande finesse avec de la fraîcheur, de la richesse aromatique et des potentiels de garde très intéressants.

Un cépage, le Chenin

Alors que le Sauvignon est le cépage phare de la partie la plus à l'Est des vignobles de Loire, c'est à dire Sancerre et Pouilly Fumé pour les plus célèbres; le cépage blanc traditionnel cultivé en Anjou est le Chenin. Ce cépage, appelé aussi Pinot de la Loire qui serait un descendant du savagnin, s'acclimate parfaitement aux influences océaniques du vignoble angevin. Il trouve en outre toute son expression sur les sols de craie ou encore sur les terres brunes de schistes des Coteaux au Sud d'Angers et à l'Ouest de Saumur, autour de l'affluent de la Loire, nommé Layon.

Le Chenin couvre au total 10 000 hectares des surfaces viticoles françaises et il est très productif en Afrique du Sud puisqu'il représente 26 000 hectares au total. A noter que le chenin n'est pas que produit dans le vignoble de la Loire, on le retrouve par exemple de manière plus confidentielle sur l'appellation Terrasses du Larzac qui offre un climat équilibré entre ensoleillement et fraîcheur, afin que le chenin puisse s'y adapter et offrir des vins plus puissants. Il y est souvent associé au Grenache blanc.

Plusieurs pistes sur son origine sont avancées: Il est probable que le chenin ait fait son apparition du côté du Château de Chenonceau sous le règne de François 1er, vraisemblablement à partir d'un pépin récolté près d'Artois. Une autre version avance que le chenin aurait été cultivé par les moines de l’Abbaye de Saint-Maur située entre Angers et Saumur dès le 6ème siècle.

Les styles de vins élaborés à partir de Chenin blanc sont très variés, des vins doux, des vins de dessert, des vins pétillants, des vins blancs secs ou demi-secs.

En terme gustatif, les chenins blancs produits dans la Loire offrent des arômes variés de fruits jaunes, de fruits secs, d’agrumes, de fleurs blanches, de miel.

Les Chenins produits en Afrique du Sud offriront des vins riches, plus concentrés en arômes tropicaux que les vins de la Loire.

chenin blanc
chenin afrique du sud

L'arrivée du Chenin en Afrique du Sud

C'est en 1685 et faisant suite à la révocation de l'édit de Nantes que certains huguenot français émigrèrent en Hollande, puis trouvèrent refuges en Afrique du Sud. Ce sont eux qui importèrent le Chenin en Afrique et  le plantèrent à partir de 1688 dans cette région du monde et en particulier à Franschhoek (littéralement « le coin des Français » en afrikaans). Aujourd'hui, la surface de chenin cultivé en AFS représente plus du double de celle cultivée dans la Loire.

Typicité du Chenin blanc

Le Chenin Blanc possède un raisin très acide qui lui permet de supporter des grandes chaleurs et d'être cultivé dans les diverses régions viticoles du globe. Ses grappes sont moyennes, assez compactes et ses baies plus ou moins petites. Il est sensible au botrytis, la pourriture noble, amené par les brouillards automnales des régions de la Loire. Le Chenin Blanc peut donc produire des vins liquoreux blancs.

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,